French

Fauves des villes (Stadswild)

Gerry van der Linden

poèmes extraits de Stadswild (2014)

 

 

Fauves des villes

 

 

 

 

 

 

 

Si elle était un paysage

 

elle remuerait sous le vent

chercherait le silence

dans le grésillement des grillons

elle demanderait de l’eau au soleil

 

pitié aux nuages

une foulée aux feuilles

un sillon et une mouche

à la terre

 

elle déplacerait la lumière

secouerait l’obscurité

les oiseaux s’immobiliseraient

tels des pinceaux dans le ciel

 

Et étendue derrière elle

la ville continuerait de respirer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle veut forcer une maison

où une main allume la lumière

prendre place à table

sur la chaise inoccupée

 

louer l’agencement des lieux

refuser une assiette :

on ne s’impose pas comme ça

quand on est affamé

 

elle acceptera un verre de vin

car ça délie la langue

ainsi qu’un petit air

car ça détend l’atmosphère

 

personne ne lui demandera pourquoi

elle est venue

et si la curiosité l’emportait

elle ne s’expliquerait pas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle entre dans un magasin

le pain fume sur les rayonnages

le boulanger lui prend les sous des mains

 

dehors un bateau glisse

un enfant court pour attraper le tram

un autre animal veut jouer

vole à travers un carreau

 

de la fenêtre ouverte d’une maison

elle voit un chat non une femme

ou est-ce le personnage d’un film

un bruit sourd puis un coup sec

 

elle n’est pas chez elle

dans le battement du vent

le va-et-vient de son corps

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des femmes vont et viennent en ville

portant manteau sans ceinture

chaussures design jambes neuves

qui ont encore de belles années

 

des femmes en deux-pièces tigre

sur les carrelage de la piscine

sous la douche où elles se rincent

 

des femmes à une exposition

en tenue flottante

tenue flottante qui amincit

un catalogue à la main

 

l’art c’est beau si beau

elles aimeraient arrêter de respirer

 

chez elles les pièces sont plus petites

suggèrent un dernier homme

 

un enfant dans l’encadrement de la porte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Habitat uniforme

 

 

 

Tous les matins peu efficace

elle les commence

le ciel essoré

cuivres couleur étain

 

derrière les voilages

joue de pêche sein maternel

visites en pagaille

on dirait des bêtes

 

elle assène son cœur de coups

qui d’autre pourrait le faire

elle est encore en vie

l’autre en elle aussi

 

yeux contre le carreau

elle distingue bien

une tablée qui comme ça

en vrac fait bombance

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cinéma

 

 

 

Le film terminé elle souhaite

 

gagner une autre salle

un autre numéro sur une autre porte

un autre commencement du même film

d’autres bruits dans la même obscurité

 

elle souhaite vivre sur l’écran

tout comme la vie brode là-dessus

et meurt avant que la mort n’arrive

par hasard sur ces entrefaites –

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la place un enfant plane

fouette l’air de la tête

mange les chips d’un sachet

 

derrière une de ses épaules il surgit

tu veux jouer au chat, madame

où sont tes copains, demande-t-elle

 

font des trucs, répond le gamin

cheveux roux clair, jointures blanches,

une boîte de coca

 

blême il détourne les yeux

 

le vent caresse

son regard dévasté

ses cils frémissent

 

il attend le coup de grâce

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le parc municipal, un cycliste

chasse éviter le midi

 

un enfant embrasse la mère

un père passe la laisse au chien

un clochard danse devant un héron

 

bras écartés comme des ailes

il danse tout près non

c’est le héron qui se penche vers lui

 

les arbres se retiennent de bouger

charme érable rouvre

font semblant de dormir

 

le vent d’automne se lève

projette des feuilles sur l’allée

 

jusqu’à la fontaine Vondel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Déjeuner sur l’herbe

 

 

 

Elle pose les couvets sur l’herbe

porte-couteaux et serviettes

 

plante des pics

dans des cubes de fromage

 

des miettes qu’on pourrait chasser d’un souffle

demeurent acérées

 

sur les pissenlits

elle boit et fume

 

l’assiette de l’invité vide

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poète dans le parc

 

 

 

On ne peut appeler ça un flirt

soumettre le langage

sous peine de distance

 

Aidez-nous à retrouver Mouchette lit-elle

plaqué sur un arbre

tu vois, c’est utile

 

enfants qui caressent leur manteau une personne

mamans qui remontent leur poitrine

pères qui ah les pères

 

qu’est-ce que je te disais –

c’est l’aveuglement

du temps où elle était petite et courageuse